Février 2019

BABILLARD ACNSS : Février 2019

Notre virage vers l'avenir se poursuit...
L’Association de conservation de la nature de Stukely-Sud a été fondée en 2004. Il s’agit de l'un des cinq premiers membres du réseau de Corridor Appalachien (qui regroupe désormais 17 associations). La mission de l‘ACNSS consiste à protéger les terres et les milieux écosensibles sur le territoire de Stukely-sud. À ce jour, nous avons protégé près de 80 ha (à peine 0,7 % de l’ensemble des milieux humides de Stukely-Sud) et nous souhaitons poursuivre notre programme d’éducation publique et inspirer d’autres organismes à joindre nos efforts en matière de conservation. Le défi est de taille, mais il existe des solutions progressives que nous pouvons mettre en oeuvre avec la collaboration de la communauté de Stukely-Sud.
 
Un nouveau projet à poursuivre...

L’ACNSS participe à un nouveau projet de protection, car nous considérons que même s’il faut protéger autant de milieux humides et de parcelles de terre que possible, Mère Nature mérite plus d’aide.

En conséquence, dans le contexte de bassin versant et plus spécifiquement celui du ruisseau Quilliams (42% de l’eau qui coule dans le lac), elle a entrepris la formation d’un comité qui regroupe quatre municipalités sous deux MRC pour évaluer les impacts de nos actions sur la qualité de cette eau.
 
Quelques données sur le ruisseau: au sein du bassin versant du lac Brome, le sous-bassin du ruisseau Quilliams est le plus grand avec une superficie d’environ 74 km2. L’équipe s’est donné l’objectif suivant : identifier des moyens pour assurer la qualité de l’eau du Lac-Brome par le ruisseau Quilliams comme projet pilote.

À la fin de 2018, des bénévoles de l’ACNSS ont rencontré les élus des quatre municipalités traversées par le Quilliams.  Un groupe de citoyens de ces municipalités, incluant les inspecteurs municipaux et un représentant de l’Organisation du bassin versant de la Yamaska, se sont rencontrés à trois reprises pour élaborer un projet de protection et si possible d’amélioration, de l’eau.  Un rapport sera soumis aux conseils municipaux en mars ou avril pour les informer des progrès de l’équipe et définir les prochaines étapes.
Quels bénéfices pourraient résulter de ce travail?  Nous aimons croire qu‘ils sont nombreux.  Voici quelques exemples :
·        une harmonisation des règlements concernant la protection des rives et des installations septiques;
·        une concertation en ce qui concerne la gestion des fossés et la gestion des pesticides et insecticides.

En ligne sur toute la ligne...

L'ACNSS travaille à la reconstruction de son site internet avec son propre nom de domaine: acnss.ca. Le site est en pleine construction : échafaudage, peinture et bran de scie inclus! Sous peu, vous y trouverez des textes sur la protection de l'environnement en général et plus particulièrement les milieux humides de Stukely-Sud et ses environs. Vous y verrez aussi nos réalisations, nos projets à venir ainsi que plusieurs pages qui vous  permettront de participer à cet effort de conservation. Notre village est riche en ressources naturelles qu'il faut protéger afin que la faune – et nous-mêmes – ayons la meilleure qualité de vie possible. Notez l'adresse acnss.ca et visitez-nous de temps en temps pour lire les nouveaux articles que nous publierons.

Eh oui, le printemps arrive… pensez à la nature!

C’est le temps de penser au jardin! Quand vous songez aux fleurs que vous voulez planter cette année, pensez à la biodiversité. Il y a des plantes indigènes qui sont bien adaptées à nos conditions climatiques. De plus, les plantes indigènes attirent une faune, elle aussi indigène, qui contribue à améliorer la biodiversité de nos milieux.  Faites votre choix en vous demandant s’ils sont adaptés aux conditions de votre jardin. Attention! Ne prélevez pas de plantes indigènes en milieu naturel. Achetez des plantes produites en pépinière ou plantez les semences…Le site de l’Espace pour la vie est un bon point de départ. http://espacepourlavie.ca/des-plantes-indigenes-pour-votre-jardin?lang=fr
Le Carnet horticole et botanique sur le site vous propose une liste de plantes indigènes, avec des belles images. On y propose des plantes qui aident à promouvoir la biodiversité, soit en attirant les insectes pollinisateurs, les oiseaux et la faune – et on y trouve une liste de végétaux à éviter, comme les plantes envahissantes.
 
Le site propose aussi quatre thèmes susceptibles de vous mener à des découvertes intéressantes :
le jardin pour la biodiversité vous encourage à planter une flore diversifiée, en particulier des espèces indigènes, et à adopter des pratiques de jardinage écologique afin d'attirer toute une faune utile pour votre jardin;
le jardin pour les oiseaux vous propose d’aménager un espace qui attirera les oiseaux, un jardin où ils pourront se nourrir et s’abriter pendant toute l’année;
une oasis pour les monarques transformera votre jardin en lieu d’observation de ces flamboyants papillons;
le jardin nourricier vous invite à cultiver une diversité de plantes qui nourrissent à la fois le jardinier et la faune. Charme, utilité et délices réunis!

Pensez également à composter les matières organiques (les restes de la cuisine et le jardin, les branches, le papier journal non coloré…) afin d’enrichir le sol. Pourquoi gaspiller cette précieuse ressource qui vous nourrit gratuitement !  
 
Vous avez des questions? 450 539-1309